Les terrasses, les cinémas et les salles de sport vont pouvoir rouvrir dès le 19 avril en #Suisse,

l’UE recommande une 4e dodose de vaccin pour les plus de 60 ans

Jusqu’alors réservée aux plus de 80 ans, la quatrième dose de vaccin contre le Covid est désormais recommandée par l’Union européenne pour les plus de 60 ans et toutes les personnes vulnérables.

L’Union européenne a recommandé le 11 juillet un deuxième rappel (soit une quatrième dose) de vaccin contre le Covid-19 à tous les plus de 60 ans, au lieu de 80 ans jusqu’ici, face à une vaste «vague» estivale qui s’annonce en Europe. La recommandation vaut également pour toutes les personnes vulnérables, indiquent le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) et l’Agence européenne des médicaments (EMA) dans un communiqué commun.

«J’appelle les Etats membres à offrir immédiatement des deuxièmes rappels à tous les plus de 60 ans ainsi qu’aux personnes vulnérables, et j’appelle toutes les personnes éligibles à se présenter pour une vaccination», a déclaré la commissaire européenne à la Santé, Stella Kyriakides. 

En avril, les deux agences sanitaires de l’UE avaient déjà  recommandé ce deuxième  rappel (dans la plupart des cas une quatrième dose) pour les plus de 80 ans, mais signalé qu’une extension aux plus de 60 ans pourrait suivre. L’Europe est confrontée à «une hausse des cas de Covid mais aussi à une tendance à la hausse du nombre d’hospitalisations ou d’admissions en urgence dans plusieurs pays, principalement du fait du sous-variant BA.5 d’Omicron», plus contagieux, a souligné la directrice de l’ECDC, Andrea Ammon. 

«Cela signale le début d’une nouvelle vague étendue de Covid-19 à travers l’Union européenne. Il y a encore trop de gens à risque d’une infection grave au Covid que nous devons protéger dès que possible», a insisté la responsable européenne.

Selon l’ECDC et l’EMA, il n’y a en revanche «à ce stade pas de preuve claire justifiant de donner une deuxième dose de rappel aux moins de 60 ans n’ayant pas de risque plus élevé de développer une forme grave» du Covid-19.

Selon les experts, le sous-variant BA.5 n’est pas intrinsèquement plus dangereux

  Selon les données publiques de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) pour sa zone Europe recouvrant une cinquantaine de pays, le nombre de cas de Covid est en forte hausse depuis fin mai. Le nombre de nouveaux cas quotidiens a dépassé le 8 juillet les 675 000, retrouvant son niveau de début avril après la forte vague hivernale. Le nombre de décès enregistrés par l’OMS remonte également ces dernières semaines, mais reste à un niveau faible d’environ 700 décès quotidiens dans une zone de près de 900 millions d’habitants incluant la Russie et des Etats d’Asie centrale. 

L’OMS avait prévenu fin juin qu’elle s’attendait à des «niveaux élevés» de diffusion du virus cet été, du fait du caractère plus contagieux du sous-variant BA.5. Ce dernier n’est toutefois pas intrinsèquement plus dangereux, soulignent les experts. Les périodes estivales de 2020 et de 2021 avaient été marquées par un répit relatif en Europe, les pics de contagion se concentrant jusqu’ici entre l’automne et le printemps. 

La quasi totalité des pays européens affichent une nette hausse des cas. Derrière Chypre, la France est le pays de l’OMS Europe avec la plus forte incidence, selon le tableau de bord de l’organisation onusienne. Suivent la Grèce, l’Italie, le Luxembourg et l’Autriche. 

En France, le président du Conseil scientifique chargé de l’épidémie, Jean-François Delfraissy, a affirmé le 11 juillet que le système de soins allait «tenir» face à ce qui constitue la septième vague dans l’Hexagone. 

 La région parisienne, la plus touchée par le sous-variant BA.5, devrait attendre son pic «la semaine prochaine», selon lui.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest